Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Vous préparez ce satané concours d'entrée, vous avez besoin d'aide, de conseils, ou d'avis ? Venez poser vos questions ici....

Modérateur: Marc

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Yves Benisty » 15 Avr 2018, 19:30

Serwaa91 a écrit:je m'excuse par avance des fautes d'orthographes

Bonjour,

Le problème n'est pas seulement les fautes d'orthographe, mais l'imprécision de votre expression. Sur le forum, vous avez tout votre temps.
Serwaa91 a écrit: Ce matin elle est retrouvée marbrée cyanose et en sueur tachycarde et Hypertendue.

hypertendue ?
Serwaa91 a écrit:le médecin évoque à choc septique

Ne laissez pas votre chat jouer sur votre clavier...
Serwaa91 a écrit:les signes à suspecter sont

Ça ne veut rien dire.
Serwaa91 a écrit:le point d’appel infectieux: érysipèle, elle est tachycarde et hypotendue = du fait de la vasoplégie en lien avec la réaction inflammatoire entraînant une altération de la perfusion tissulaire ce qui explique l’hypovolémie, tachycardie qui est un mécanisme de compensation afin de compenser l'hypovolémie en distribuant le débit cardiaque vers des territoires essentiels et auto régulés

Attention, si vous vous lancez dans de grandes explications, on risque de vous poser de grandes questions.

Pour faciliter notre lecture, il serait profitable de séparer les signes par des retour ligne et tirets.
Serwaa91 a écrit:c’est une urgence vitale
objectif de prise en charge sont: effectués tous les prélèvements infectieux

L'expression n'est pas claire. Quant à la nécessité de faire des prélèvements, il est clairement établi que ça ne doit pas retarder la mise en route des traitements.
Serwaa91 a écrit: afin de traiter infection

Les « prélèvements infectieux » ne traitent pas l'infection.
Serwaa91 a écrit:restaurer la volémie et favoriser l’hématose par une bonne oxygénation tissulaire

Si vous écrivez cela, on comprend qu'en réalisant une bonne oxygénation tissulaire, on restaure la volémie et on favorise l'hématose.

C'est quoi, l'hématose ?

C'est quoi, l'oxygénation tissulaire ? Quel est le terme désignant un manque d'oxygène dans les tissus ? On peut classer en quatre grandes familles les causes de défaut d'apport et/ou d'utilisation de l'oxygène aux tissus, je vous laisse chercher.
Serwaa91 a écrit:installation en sécurité, en déclive buste légèrement surélevé à 30°afin de favoriser le retour veineux

Je ne comprends pas.
Serwaa91 a écrit:mise sous surveillance HDM rapprochée

Je ne comprends pas.
Serwaa91 a écrit:mes surveillances sont fait simultanément que ma prise en charge puisque je travaille en collaboration

Avant la surveillance, il faudrait faire un bilan ou une évaluation et la noter, et la transmettre, peut-être même avant l'appel. Sinon, l'appel devient « viens vite, la dame va pas bien »...
Serwaa91 a écrit:surveillance neuro: est elle agitée, désorientée, somnolente, réponse à l’ouverture des yeux?, réponse verbal? réponse motrice?
Cause: risque hypoperfusion cérébrale du fait de l'hypovolémie liée à la vasoplégie

Si vous pouvez expliquer en quelques minutes les causes de la modification de l'état de conscience dans le choc septique, je vous tire mon chapeau. Je ne suis pas sûr que tout soit expliqué.
Serwaa91 a écrit:surveillance cardio circulatoire: objectif de PAM à 65mmhg

Si c'est plus ? Pourriez-vous définir la pression artérielle moyenne ? Pourquoi est-il intéressant de s'y intéresser ? Si vous utilisez un appareil de mesure automatisée de la pression artérielle, que mesure-t-il ?
Serwaa91 a écrit:surveillance diurèse: monitorer la diurèse l'aspect, couleur, odeur

Et goût ;-)
Si on monitore, on utiliser un moniteur.
Serwaa91 a écrit:VVP de gros calibre dans la mesure du possible (18 gauges ou 20 gauges) car en état de choc

Ah, les deux « VVP de gros calibre »... 20 G, c'est un gros calibre ? Madame n'est pas très gourmande ;-)

Dans la vraie vie, un 20 G (voire un 22 G) tu l'as vaut mieux qu'un 18 G tu pètes la veine. Et quand on en a un, on en cherchera un autre quand on aura le temps (ou quand on sera plus nombreux).
Serwaa91 a écrit:répond tell au remplissage?

Comme dirait Guillaume...
Serwaa91 a écrit:drogues d'urgences, KTA, KTC

Jargon. « Drogues » est un anglicisme issu de “drugs” qui veut dire « médicaments ». Ça peut être très mal perçu par le patient et/ou son entourage (« on me donne de la drogue ? »).

En résumé, il y a beaucoup d'éléments intéressants. Mais il faut vous intéresser à la façon dont vous les exprimez. Plus ça sera simple, mieux ça sera : vous n'êtes pas obligé d'employer des mots compliqués. Et si vous vous lancez dans des explications compliquées, on vous posera des questions compliquées.
Yves Benisty
 
Messages: 2126
Inscription: 27 Mar 2004, 16:39
Localisation: ici

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Serwaa91 » 15 Avr 2018, 20:24

Merci beaucoup beaucoup Yves benisty
J'attendais vos retours avec impatience, je vais travailler tout cela.
Serwaa91
 
Messages: 103
Inscription: 16 Juin 2017, 07:03
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: EIA

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude MadMax » 18 Avr 2018, 18:28

Sujet Type Lyon:
Vous êtes infirmier(e) dans un service de chirurgie oto-rhino-laryngologique, où a été hospitalisé depuis la veille un homme de 35 ans, pesant 80 kg pour 1,70 m, diabétique insulinodépendant. II est à jeun depuis minuit et doit subir ce jour une amygdalectomie à 11 heures. A 7 heures du matin, la glycémie capillaire est de 10 millimoles par litre. Selon le protocole du service, il reçoit une injection sous-cutanée de 5 unités d'insuline ordinaire après la pose d'une perfusion intraveineuse de sérum glucose 5 % dont le débit est de 50 ml par heure.

1ère question

Décrivez vos actions de soins infirmiers auprès de ce patient depuis votre arrivée dans le service (c'est-à-dire le matin à 6h30) jusqu'au départ du patient au bloc opératoire.

2ème question

A 9 heures du matin, l'aide soignante vous appelle car le patient a faim et réclame à manger. Lorsque vous arrivez, il est inconscient, a les yeux révulsés, des mouvements tonico cloniques généralisés. Puis ces mouvements cessent mais le patient reste dans un coma profond (score de Glasgow à 6), avec une mydriase bilatérale réactive, sans signe déficitaire. Vous constatez également que le patient a perdu ses urines mais conserve une respiration spontanée et un réflexe de déglutition. La PA est de 170/80 mmHg et la Sp02 est à 93%.

Quel nom porte le tableau neurologique présenté par ce patient juste avant le coma ?
Pour ce patient, quelle est la cause la plus probable de ce tableau neurologique ? Argumentez votre réponse.

Quels signes majeurs avant coureurs permettent habituellement de prévoir la survenue imminente de ce type d'accident ?
Quels sont les risques majeurs encourus par ce patient ?

3ème question

Enoncez les éléments de prise en charge immédiate de ce patient au moment où vous arrivez dans la chambre et constatez qu'il est en coma profond ?

4ème question

En l'absence de médecin, êtes-vous autorisé(e) à effectuer un traitement ? Argumentez votre réponse.


5eme question

Le médecin prescrit une perfusion de clonazepam (RIVOTRIL®) au pousse-seringue électrique à la posologie de 0,06 mg/kg/jour. Avec l'utilisation de 2 ampoules de 1 ml, dosées à 1 mg/ml et diluées dans 48 ml de sérum physiologique, quelle doit être la vitesse du pousse seringue en ml/h ?
Présentez votre calcul.


Question 1 :
Après avoir frappé à la porte du patient,
Je rentre et me présente, infirmière présente ce jour.
Je lui demande comment il va, comment il a passé sa nuit, est ce qu'il a des douleurs ? Si oui évaluation de la douleur avec échelle adaptée a la compréhension du patient.
Prise des paramètres vitaux du patient : Pouls, TA, Température, saturation.
Je vérifie sa perfusion : fonctionnalité, perméabilité, présence de douleur, chaleur, rougeur, oedème ?
Je contrôle la glycémie capillaire du patient.
Je lui met la base de G5%
J'effectue son insuline en fonction du protocole de service 5UI.
Je demande au patient si il a des questions et je lui rappel qu'il passera au bloc opératoire à 11H.
Je laisserai le nécessaire au patient pour qu'il puisse prendre une douche avant son opération (protocole selon service) et lui remet : charlotte, blouse, slip et sur-chaussures.


2) Le patient a eu des crises convulsives, qui sont dans son cas certainement en lien avec une hypoglycémie. Car le patient est diabétique, il ne s'est pas alimenté depuis la veille et a reçu de l'insuline le matin.
Les signes d'une hypoglycémie sont généralement : sensation de malaise, sensation de faim, pâleur, sueur, vertiges, vision flou, sensation de palpitation, tremblements, somnolence, faiblesse, agitation.

Les risques sont coma hypoglycémique avec des troubles neurologiques, pouvant amener au décès si aucune prise en charge.

3)Appeler de l'aide et avertir le médecin (lui préciser le contexte : convulsion + patient inconscient)
Chariot d'urgence amené dans la chambre, patient mis en PLS, mis sous O2 au MHC, contrôle de la glycémie capillaire.
Préparer Rivotril
Préparation de G30%
Préparation du matériel d'intubation.
Sur PM : Injection de G30%
Charger la base contre du G10%

4)Effectuer la Glycémie. Selon article R4311-14 : l'IDE peut agir sans le médecin sur protocole en cas d'urgences vital.
Comme le service possède un protocole pour l'insuline, il y a certainement des indication en cas d'hypoglycémie. Donc suivre indication protocole.

5)
0.06mg/kg/jour = 4,8mg/jour = 0,2mg/h
avec les 2 ampoules de rivotril dans 48cc de sérum phy = 2mg/50cc donc 0,4mg/1cc
La vitesse sera donc de 0,5ml/h

Première fois que je m'entraine avec ce type de sujet, j'ai mal géré mon temps en 20min je n'avais pas encore fait la dernière question quand le chrono a sonné et je pense ne pas être au top de mes réponses non plus .... :/
MadMax
 
Messages: 4
Inscription: 08 Avr 2018, 11:13
Année de diplôme IADE: 0

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Yves Benisty » 20 Avr 2018, 00:22

0.06mg/kg/jour = 4,8mg/jour = 0,2mg/h
avec les 2 ampoules de rivotril dans 48cc de sérum phy = 2mg/50cc donc 0,4mg/1cc
La vitesse sera donc de 0,5ml/h

Bonjour,

Je sais, c'est un oral, mais il faut améliorer la présentation :

-le séparateur décimal en français, c'est la virgule ; « 0,06 » et pas « 0.06 » ;
-il faut insérer une espace avant l'unité, « 0,06 mg/kg/jour » ;
-il vaut mieux parler de clonazépam que de Rivotril® ;
-on ne parle pas de « cc » mais de « mL » ;
-il faut éviter « sérum phy » et remplacer par « sérum salé isotonique » ou « sérum salé à 0,9 % » ; d'ailleurs, le sérum physiologique n'a pas grand chose de physiologique » ;
-on ne parle pas de « vitesse » pour les pousses-seringues, mais de débit.

À part ça, il y a un problème dans votre calcul...

Quant aux signes avant-coureurs, vous en avez cité certains mais oublié deux importants (dont un qui vous est suggéré).
Yves Benisty
 
Messages: 2126
Inscription: 27 Mar 2004, 16:39
Localisation: ici

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude MissHarmonie » 20 Avr 2018, 10:32

Petites questions : lorsqu'ils disent "conserve le réflexe de déglutition"; comment peut on l'affirmer ? (En aillant vu le patient déglutir ?), et est ce que la conservation de ce réflexe veut nécessairement dire que la guedel n'est pas nécessaire ?

Aussi j'ai pu lire qu'il faut pratiquer un ECG aux personnes diabétiques présentant une hypoglycémie sévère car elle provoque un trouble de la conduction.
MissHarmonie
 
Messages: 84
Inscription: 02 Juil 2016, 18:18
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: EIADE 1ere année

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Yves Benisty » 21 Avr 2018, 10:19

MissHarmonie a écrit:Aussi j'ai pu lire qu'il faut pratiquer un ECG aux personnes diabétiques présentant une hypoglycémie sévère car elle provoque un trouble de la conduction.

Il y a plusieurs raisons pour pratiquer un ÉCG chez un patient qui fait une hypoglycémie et qui convulse. Je vous laisse chercher.
Yves Benisty
 
Messages: 2126
Inscription: 27 Mar 2004, 16:39
Localisation: ici

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude MadMax » 21 Avr 2018, 12:08

Merci Yves pour votre réponse.

Je pense que pour le calcul ce sont des erreurs de frappes à la retranscription sur l'ordinateur et je n'ai pas fait attention à la relecture.
L'erreur du calcul est que j'ai oublié un 0, c'est 0,04 mg/ ml pour le dosage de Clanazepam ?

Pour les signes je peux ajouter les convulsions et les nausées.
MadMax
 
Messages: 4
Inscription: 08 Avr 2018, 11:13
Année de diplôme IADE: 0

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude BoingBoing » 21 Avr 2018, 12:10

MissHarmonie a écrit:Petites questions : lorsqu'ils disent "conserve le réflexe de déglutition"; comment peut on l'affirmer ? (En aillant vu le patient déglutir ?), et est ce que la conservation de ce réflexe veut nécessairement dire que la guedel n'est pas nécessaire ?


On peut effectivement voir que la personne déglutit, même en étant inconsciente. La déglutition et la toux sont des manifestations de capacités de protection des voies aériennes supérieures par le patient.
En revanche, cela ne dispense pas de la Guedel, car elle peut tout de même avoir une hypotonie oropharyngée, et la canule va permettre d'éviter la chute de la langue. En plus, rien ne dit que la personne ne va pas perdre la déglutition ou la toux si elle s'aggrave...
BoingBoing
 
Messages: 186
Inscription: 27 Juil 2016, 20:01
Année de diplôme IADE: 2018
Poste occupé actuellement: Je fais les pleins

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Yves Benisty » 21 Avr 2018, 12:54

MadMax a écrit:Je pense que pour le calcul ce sont des erreurs de frappes à la retranscription sur l'ordinateur et je n'ai pas fait attention à la relecture.
L'erreur du calcul est que j'ai oublié un 0, c'est 0,04 mg/ ml pour le dosage de Clanazepam ?

Bonjour,

Je ne sais pas si vous avez saisi l'intérêt d'un sujet pour l'entrainement à l'oral. Vous avez la possibilité de donner vos réponses et de profiter de la relecture des autres. Je vous fais plusieurs remarques sur votre calcul de dose, concernant la présentation et le résultat. Votre réponse : « c'est l'ordinateur qui s'est trompé ». Tous les autres participants du concours vont réussir ce genre de calcul, est-ce que vous pensez avoir une chance d'être admis ? À vous de voir...

L'autre façon de faire, et c'est ce que j'attendais, c'est de recommencer ce calcul en tenant compte des remarques qui vous ont été faites.
MadMax a écrit:Pour les signes je peux ajouter les convulsions et les nausées.

La question était « Quels signes majeurs avant coureurs permettent habituellement de prévoir la survenue imminente de ce type d'accident ? ». Vous avez compris qu'il s'agissait d'une hypoglycémie et vous avez expliqué les circonstances de survenue. Il faut donner les signes et vous proposez :

Vous proposez : « Les signes d'une hypoglycémie sont généralement : sensation de malaise, sensation de faim, pâleur, sueur, vertiges, vision flou, sensation de palpitation, tremblements, somnolence, faiblesse, agitation. » et « Pour les signes je peux ajouter les convulsions et les nausées. ».

Bon, en fait c'est pas mal, il y a tout mais ça pourrait être mieux rangé : signes subjectifs, signes objectifs, en les classant par ordre de fréquence ou par évolution (généralement, on commence par avoir faim, puis on se sent pas bien, puis on est agité). Et ne pas oublier, puisque c'est le cas, la perte de conscience. On peut rajouter que l'hypoglycémie peut donner tous les signes neurologiques possibles et (in)imaginables, y compris des signes d'un côté et pas de l'autre, mimant un accident vasculaire cérébral. Et donc pour éviter de thrombolyser un patient en hypoglycémie, mesurer la glycémie du patient : la baisse de la glycémie est un signe objectif de l'hypoglycémie.
BoingBoing a écrit:En revanche, cela ne dispense pas de la Guedel, car elle peut tout de même avoir une hypotonie oropharyngée, et la canule va permettre d'éviter la chute de la langue.

C'est un point de vue qui se défend mais qui n'est pas partagé par tous. Le danger de la pose d'une Guedel chez les patients « entre deux eaux », c'est de les faire vomir.
Yves Benisty
 
Messages: 2126
Inscription: 27 Mar 2004, 16:39
Localisation: ici

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude MissHarmonie » 22 Avr 2018, 19:02

Yves Benisty a écrit:
0.06mg/kg/jour = 4,8mg/jour = 0,2mg/h
avec les 2 ampoules de rivotril dans 48cc de sérum phy = 2mg/50cc donc 0,4mg/1cc
La vitesse sera donc de 0,5ml/h

Bonjour,

Je sais, c'est un oral, mais il faut améliorer la présentation :

-le séparateur décimal en français, c'est la virgule ; « 0,06 » et pas « 0.06 » ;
-il faut insérer une espace avant l'unité, « 0,06 mg/kg/jour » ;
-il vaut mieux parler de clonazépam que de Rivotril® ;
-on ne parle pas de « cc » mais de « mL » ;
-il faut éviter « sérum phy » et remplacer par « sérum salé isotonique » ou « sérum salé à 0,9 % » ; d'ailleurs, le sérum physiologique n'a pas grand chose de physiologique » ;
-on ne parle pas de « vitesse » pour les pousses-seringues, mais de débit.

À part ça, il y a un problème dans votre calcul...

Quant aux signes avant-coureurs, vous en avez cité certains mais oublié deux importants (dont un qui vous est suggéré).


Bonjour,
Je trouve pour ce calcul:
SAP 2mg => 50mL
Donc 0,2mg => 5 mL

Débit de la SAP : 5 mL/h :helpme
MissHarmonie
 
Messages: 84
Inscription: 02 Juil 2016, 18:18
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: EIADE 1ere année

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Yves Benisty » 22 Avr 2018, 19:33

Le médecin prescrit une perfusion de clonazepam (RIVOTRIL®) au pousse-seringue électrique à la posologie de 0,06 mg/kg/jour. Avec l'utilisation de 2 ampoules de 1 ml, dosées à 1 mg/ml et diluées dans 48 ml de sérum physiologique, quelle doit être la vitesse du pousse seringue en ml/h ?
Présentez votre calcul.

Comme le dit la question, il faut présenter son calcul.

1) La posologie est donnée en fonction du poids du patient. Calculer la dose en tenant compte du poids, soit :

0,06 mg/kg/jour x 80 kg = 4,8 mg/jour.

2) Calculer la posologie par heure

4,8 mg/jour, c'est 0,2 mg/h

3) Calculer la concentration du médicament avec la dilution proposée

2 mg soit 2 mL auxquels on ajoute 48 mL de sérum salé à 0,9 %, ça fait 2 mg dans 50 mL, soit 0,04 mg/mL

4) Calculer le débit, en divisant le débit prescrit par la concentration :

0,2/0,04 = 5 mL/h.

Bien entendu, on peut faire autrement. Ne pas oublier que c'est un concours : il ne faut pas être bon, il faut être meilleur que les autres. Ça serait dommage de perdre des points là où d'autres vont en marquer...
Yves Benisty
 
Messages: 2126
Inscription: 27 Mar 2004, 16:39
Localisation: ici

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude MissHarmonie » 23 Avr 2018, 09:35

Merci ! :jackson:
MissHarmonie
 
Messages: 84
Inscription: 02 Juil 2016, 18:18
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: EIADE 1ere année

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Fox » 23 Avr 2018, 20:22

Bonjour, je vous présente mon travail sur le sujet d'oral de l'année 2012 à Marseille.

J'ai pris 15 minutes pour le préparer afin de me mettre en condition et je n'ai effectué aucunes recherches préalables.
Je l'ai présenté à l'oral à ma compagne et cela à duré 8 minutes.

Je pense qu'il n'est pas assez exhaustif, j'aurais besoin de votre aide pour me compléter/guider s'il vous plait.
Cela peut paraître assez long mais j'ai essayé de présenter cela pour que ce soit plus facilement lisible.

Voici le sujet :

"La fille de votre voisin de 80 ans vient taper à votre porte. Celle ci l'a retrouvé inconscient sur le dos dans la cuisine.
Il y'a plusieurs boites de médicaments entamés ainsi qu'une prescription médicale : Antihypertenseurs, Anxiolitiques, Somnifères.

1/ A quoi pensez vous ?
2/ Actions mises en places ?
3/ Grands principes de prise en charge à domicile, à l'arrivée des secours et à l'hôpital.

1/ A quoi pensez vous ?

Au regard de l'inconscience du patient et du type de médicaments retrouvés à son domicile la première chose qui me vient à l'esprit est :
Une perte de Conscience due à une intoxication médicamenteuse : liée à peut être une prise en excès volontaire ou non ayant entraîné un surdosage.
Les conséquences possibles sont également un arrêt cardio-respiratoire, en effet un surdosage en anxiolytiques et somnifères peut provoquer une perte de la fonction de commande respiratoire centrale.
Un surdosage en antihypertenseurs peut lui engendrer un bas débit cérébral ainsi qu'un arrêt cardiaque par désamorçage de la pompe cardiaque.

En second lieu on peut penser étant donné l'âge du patient à une chute ayant entraîné une perte de conscience par traumatisme crânien.
En effet un traumatisme crânien peut engendrer des troubles neurologiques provoquant l'inconscience.

2 / Actions mises en place.

1) Protéger le patient et nous même : étant donné qu'il est possible que le patient à tenté de mettre fin à ses jours je vérifie l’absence d'objets dangereux à porté, que le gaz s'il y'en à ne soit pas ouvert et pas de départ de feu.

2) Effectuer un bilan des trois fonctions vitales
Neurologique : questions simples : m'entendez vous ? pouvez vous me parler ?
Respiratoire : oreille sur la bouche en regardant la cage thoracique : surveillance de l’absence de mouvement/bruit/souffle pendant au moins 10 sec
Cardio-circulatoire : Prise de pouls carotiden : surveillance de l'absence pendant au moins 10 sec
On demande également les Antécédents du patient à la fille, s'il existait des problèmes dans l'observance du traitement, ainsi que des tendances suicidaires (question à poser avec tact.)
Evaluations de possibles atteintes traumatiques si chute : contusions, fractures, pupilles : vérification si abscence anisocorie, axe tête-cou respecté ?

3) Appel des secours : SAMU, 15
Caractéristiques du message d'alerte :
Se présenter en tant que soignant, permet un meilleur échange et plus de précisions.
Donner un numéro de téléphone en cas de nécessité de contre appel.
Géolocalisation précise du lieu. Adresse, appartement, étage, digicode...

Explication de la problématique avec transmission selon le modèle SAED (situation - Antécédents - Evaluation - Demande)

Situation : Homme de 80 ans inconscient à son domicile sur le dos, présence de boites de médicaments entamés avec précision du type de médicaments.
On précise si le patient est en arrêt cardio respi ou non et si c'est le cas l'appel se fera pendant la Réanimation cardio pulmonaire en haut parleur ou avec le portable tenu par la fille, ou si la fille se sentait capable d'effectuer le massage cardiaque par nous même.

Atcd : Au moins hypertension, Angoissé +/- Dépressif selon ce que nous dira la fille, avec des troubles du sommeil. En plus il y'aura les informations pertinentes que nous aura donné la fille : intervention chirurgicale récente par exemple.

Evaluation : Arrêt cardio respiratoire ou juste inconscience : détailler les évaluations des signes vitaux.

Demande : Intervention du Service Mobile d'Intervention Urgente.

3/ Grands principes de prise en charge à domicile, à l'arrivée des secours et à l'hôpital.

1 ) A domicile : Si patient juste inconscient avec fonction cardio-respiratoire conservée : Respect de l'axe tête-cou et libération des voies aériennes supérieures par bascule de la tête qui prévient obstruction de celles ci par chute de la langue.
(La j'ai un problème lié à un manque de connaissance : puis je mettre la patient en position latérale de sécurité alors que j'ai parlé d'un possible trauma crânien ?)
On continue néanmoins de surveiller les fonction vitales régulièrement : au minimum toutes les deux minutes.

Si patient en arrêt cardio respiratoire :
Libération des voies aériennes par bascule de la tête, vérification qu'il n'y a pas de corps étranger dans la bouche, dégager les vêtement
Compressions cardiaques avec le plat de la main, bras toujours tendus avec une fréquence de 100/minutes et avec une profondeur de 4-5 cm.
Insufflations en bouche à bouche toutes les 30 compressions.
Continuer jusqu’à l'arrêt des secours ou la reprise d'une fonction cardio-respiratoire.
S'il existe un Défibrillateur semi automatique dans l'immeuble envoyer la fille le chercher et le mettre en place pendant la R.C.P

A l'arrivée des secours :
Ceux ci mettront en place une surveillance électrocardioscopique, un tensiomettre et un oxymettre de pouls. Effectueront une glycémie capillaire pour écarter l'hypoglycémie comme cause de coma.
Ils maintiendront la R.C.P avec des insufflations au Ballon auto remplisseur à valve unidirectionnelle avec de l'oxygène le temps de mettre en place le D.S.A qui analysera le rythme cardiaque et indiquera s'il faut effectuer un choc ou non.
Des voies périphériques seront posées, celles ci permettront la correction avec des médicaments de potentiels troubles cardiaques, de pression artérielle ou ventilatoire, d'hypoglycémie...
Si nécessaire une intubation sera réalisée avec de ventiler efficacement le patient.
Ensuite un transport sera effectué avec mise en place d'attelles ou matelas coquilles si suspicion de traumatismes.

A l'hôpital :

Celui ci sera dans un premier temps pris en charge aux urgences en salle de "déchocage", et ensuite suivant l'étiologie et s'il est intubé ou non sera transféré dans le service adapté : bloc opératoire si nécessité intervention neuro-chirurgicale, réanimation, unité de surveillance continue cardiaque...
Si le patient était en état de choc : Des bilans sanguins et une gazométrie.
Ceux ci auront un but diagnostique : dosage des benzodiazépines.
La gazométrie et le dosage de la lactatémie auront un but d'évaluation de l'état de choc avec possible hypoxie tissulaire sur le métabolisme.
Si une acidose métabolique c'est installée celle ci sera traité à l'aide de l'aide ventilatoire avec oxygène médical, injection de bicarbonates en soluté par la voie veineuse.
Si la cause venait d'une intoxication aux benzodiazépines il est possible de le corriger avec son antidote le flumazemil.
SI la cause venait d'une intoxication aux antihypertenseurs il sera possible de la corriger à l'aide d'un remplissage à l'aide d'un soluté isotonique cristalloide et si cela ne remonte pas assez la pression arterielle le recours aux agents vasopresseurs tels que la noradrénaline ou l'atropine sera effectué.
Si la cause était due à un traumatisme cranien possibilité de prise en charge au bloc opératoire pour évacuer un hématome compressif par exemple ou traitement médical de l'hypertension intracranienne : solutés de mannitol par voie veineuse.

Voila la dernière partie à l'hôpital est particulièrement confuse je trouve, et je ne la trouve pas très exhaustive non plus mais c'est tout ce que j'ai réussi à faire dans le temps imparti.

Merci par avance de votre aide.

Kévin.
Fox
 
Messages: 9
Inscription: 23 Avr 2018, 19:03
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: Bloc op

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude idesspi » 23 Avr 2018, 21:10

Salut,

Pour moi ton sujet semble complet néanmoins je modifierai quelques petites choses ...

Insufflations en bouche à bouche toutes les 30 compressions.

Le bouche à bouche n'est plus conseillé si tu n'as pas de protections à appliquer sur la bouche du patient, dans ce cas les compressions sont prioritaires au rythme de 30 par minutes.

Attention tu ne parles que de la conduite tenir en cas d'ACR par les secours...

A l'arrivée des secours :
Ceux ci mettront en place une surveillance électrocardioscopique, un tensiomettre et un oxymettre de pouls. Effectueront une glycémie capillaire pour écarter l'hypoglycémie comme cause de coma.
Ils maintiendront la R.C.P avec des insufflations au Ballon auto remplisseur à valve unidirectionnelle avec de l'oxygène le temps de mettre en place le D.S.A qui analysera le rythme cardiaque et indiquera s'il faut effectuer un choc ou non.
Des voies périphériques seront posées, celles ci permettront la correction avec des médicaments de potentiels troubles cardiaques, de pression artérielle ou ventilatoire, d'hypoglycémie...
Si nécessaire une intubation sera réalisée avec de ventiler efficacement le patient.
Ensuite un transport sera effectué avec mise en place d'attelles ou matelas coquilles si suspicion de traumatismes.


Si pas de RCP nécessaire pense à parler de l'oxygénothérapie en fonction de l'état respiratoire du patient : FR, symétrie des mouvements, mise en jeu des muscles accessoires, battement des ailes du nez, coloration des téguments, signes d'hypercapnie...

Tu dis "Des voies périphérique" dans l'immédiat une seule voie suffit et il est préférable de prélever un bilan sang lors de la pose de VVP, et quel type de soluté utilises tu ?

Qu'est ce qui peut justifier que l'on ai besoin d'intuber le patient ?

Si le patient était en état de choc : Des bilans sanguins et une gazométrie.

Est ce que tu as des signes qui te font penser à un état de choc ? et si choc lequel ?

Ceux ci auront un but diagnostique : dosage des benzodiazépines.

Pas que, on peut doser tous les toxiques mais aussi la glycémie, la fonction rénale, la fonction hépatique (le patient n'a peut être pas pris trop de traitements mais peut être les métabolise ou élimine moins bien ?)

Si une acidose métabolique c'est installée celle ci sera traité à l'aide de l'aide ventilatoire avec oxygène médical, injection de bicarbonates en soluté par la voie veineuse.

Pourquoi une acidose métabolique ?

SI la cause venait d'une intoxication aux antihypertenseurs il sera possible de la corriger à l'aide d'un remplissage à l'aide d'un soluté isotonique cristalloide et si cela ne remonte pas assez la pression arterielle le recours aux agents vasopresseurs tels que la noradrénaline ou l'atropine sera effectué.

L'atropine est utilisé pour les bradycardies extrêmes et les bradycardie, ce n'est pas une catécholamine comme la noradrénaline...

Après peut être qu'un IADE ou un EIA passera par là pour nous éclairer un peu plus ?
idesspi
 
Messages: 50
Inscription: 18 Nov 2017, 17:05
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: IDE SSPI/EIA

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude BoingBoing » 23 Avr 2018, 22:16

Fox a écrit:
"La fille de votre voisin de 80 ans vient taper à votre porte. Celle ci l'a retrouvé inconscient sur le dos dans la cuisine.
Il y'a plusieurs boites de médicaments entamés ainsi qu'une prescription médicale : Antihypertenseurs, Anxiolitiques, Somnifères.

1/ A quoi pensez vous ?

Au regard de l'inconscience du patient et du type de médicaments retrouvés à son domicile la première chose qui me vient à l'esprit est :
Une perte de Conscience due à une intoxication médicamenteuse : liée à peut être une prise en excès volontaire ou non ayant entraîné un surdosage.

Attention à l'effet tunnel. Un patient de 80 ans polymédiqué peut avoir plusieurs raisons d'avoir des boîtes entamés, par exemple, c'est son traitement, et il n'en a pas pris en excès, c'est juste ses boîtes entamées.

Perte de conscience, penser aux différentes grandes classes de causes :
- circulatoire : bas débit cérébral (défaillance cardio-circulatoire ?), AVC, AIT... oui j'ai bien vu que vous en parlez plus bas de l'hypotension mais y'a pas que ça
- métabolique : hypoglycémie ?
- toxique : médicaments, mais aussi alcool, intoxication au monoxyde de carbone...
- traumatique : chute ayant une cause autre (dont celles au dessus mais ça peut être chute sur tapis qui glisse) et un traumatisme crânien à l'arrivée idem, vous l'avez mentionné, je liste juste ici les différents trucs auxquels penser devant chaque cas avec patient inconscient

2 / Actions mises en place.

2) Effectuer un bilan des trois fonctions vitales
Neurologique : questions simples : m'entendez vous ? pouvez vous me parler ?

"ouvrez les yeux, serrez-moi la main"... parler c'est peut être compliqué :) pensez à donner des ordres simples autres.

Cardio-circulatoire : Prise de pouls carotiden : surveillance de l'absence pendant au moins 10 sec

Un patient qui ne ventile pas, même s'il a un pouls, ne va pas garder un pouls longtemps.
Un patient qui ventile, s'il a un pouls, il n'y a pas que sa présence qui nous intéresse. Quelles caractéristiques du pouls peuvent nous intéresser dans un premier bilan clinique ?


3) Appel des secours : SAMU, 15
Caractéristiques du message d'alerte : Se présenter en tant que soignant, permet un meilleur échange et plus de précisions.

Et vous avez la pression à passer un super bilan ;)

(La j'ai un problème lié à un manque de connaissance : puis je mettre la patient en position latérale de sécurité alors que j'ai parlé d'un possible trauma crânien ?)
On continue néanmoins de surveiller les fonction vitales régulièrement : au minimum toutes les deux minutes.

Le bénéfice du maintien décubitus dorsal strict est moindre que celui de la prévention de l'inhalation avec au minimum risque de syndrome de Mendelson et au mieux un arrêt respiratoire hypoxique.
Je propose une surveillance des fonctions vitales continue (respiration et pouls), il peut s'en passer des trucs en deux minutes, en plus en restant à la tête, vous pouvez faire un maintien tête.

Continuer jusqu’à l'arrêt des secours ou la reprise d'une fonction cardio-respiratoire.

Et là pour le coup vérifier toutes les deux minutes une reprise d'activité ventilatoire et circulatoire.

....injection de bicarbonates en soluté par la voie veineuse.

Moi j'irais pas dans le traitement spécifique d'une acidose métabolique, d'autant que le bicarbonate n'est pas un traitement de choix ; il faut avant tout traiter la cause de l'acidose. Attention, vous pourrez vraiment vous faire pousser par le jury dans vos retranchements en cas d'affirmations un peu osées, avec des questions très pointues (mais peut être que vous êtes super à l'aise sur le sujet, hein, auquel cas, allez-y ;) mais moi, on ne pourrait pas me payer assez cher pour me lancer dedans !).

SI la cause venait d'une intoxication aux antihypertenseurs il sera possible de la corriger à l'aide d'un remplissage à l'aide d'un soluté isotonique cristalloide et si cela ne remonte pas assez la pression arterielle le recours aux agents vasopresseurs tels que la noradrénaline ou l'atropine sera effectué.

On ne précise pas la classe de médicament exact antihypertenseur, mais il y a pas mal de traitements antihypertenseurs différents et on fera pas la même prise en charge en fonction du mode d'action de l'antihypertenseur.
La noradrénaline est un vasopresseur, catecholamine ayant une activité principalement sur les récepteurs adrénergiques alpha (vasoconstriction) & une petite activité sur les récepteurs bêta (action cardiotrope).

En revanche, l'atropine est un parasympatholytique ; elle lève le frein parasympathique sur le noeud sinusal et permet l'augmentation de la fréquence cardiaque. Elle n'a aucun effet vasopresseur.

Voila la dernière partie à l'hôpital est particulièrement confuse je trouve, et je ne la trouve pas très exhaustive non plus mais c'est tout ce que j'ai réussi à faire dans le temps imparti.

Il me manque dans la partie bilan à l'hôpital de l'imagerie pour permettre d'orienter le diagnostic.

Je n'ai pas été super exhaustive ce soir, mais me lever à 5:30 dégrade mes capacités cognitives vers 22:00... Et demain, rebelote !
BoingBoing
 
Messages: 186
Inscription: 27 Juil 2016, 20:01
Année de diplôme IADE: 2018
Poste occupé actuellement: Je fais les pleins

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Fox » 23 Avr 2018, 23:25

Super merci beaucoup pour vos réponses rapides !

De ce que je retiens en priorité de vos retours c'est que la prise en charge des complications de l'arrêt cardio respiratoire est au mieux confus au pire révèle un manque de connaissances, je vais donc perfectionner le sujet.

L’absence d'imagerie je m'en suis rendu compte en écrivant sur le forum mais j'avais oublié dans les 15 minutes, surtout que je parle de possible trauma cranien... Il faut que je perfectionne mes réflexes pour gagner du temps.
Dans le cas présent il y'aura possiblement : un scanner cérebral (A.V.C, hématone cérebral...), Une radio pulmonaire (examen quasi systématique surtout si intubation) et autre chose ?

Pour le bouche à bouche c'est noté je savais que les compressions prévalaient mais je pensais qu'un bouche à bouche bien effectué sans perte de temps était quand même bénéfique.
Les recommandations actuelles sont donc massage cardiaque strict si pas de masque de protection ou B.A.V.U ?

C'est noté pour l'atropine je l'ai confondue avec l'éphédrine, celle ci peut elle alors avoir dans une situation comme celle ci une application ?

Ok pour le bicarbonate je pensais qu'il était mis en systématique en présence d'acidose métabolique (avoir jamais fait de réa c'est dur...)

Encore merci pour vos retours je vais rebosser un peu ce sujet et en faire une fiche grâce à votre aide et vous présenter d'autres sujets par la suite.
Fox
 
Messages: 9
Inscription: 23 Avr 2018, 19:03
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: Bloc op

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Takagy » 24 Avr 2018, 12:03

Petit complément sur la libération des voies aériennes supérieur:
- Attention de bien identifié la présence d'un traumatisme. Il serait dommage de minimiser la situation devant un jury par une vulgaire chute de sa hauteur vue que la victime est inconsciente.

Si pas de traumatisme:
- La bascule prudente de la tête en arrière est indiqué afin de libérer les voies aériennes supérieur et de rechercher la présence de ventilation. Comme il n'y a pas de traumatisme la Position latérale de sécurité est indiqué afin d'empêcher le risque d'inhalation.
De plus dans le contexte, vous êtres seul au domicile d'une victime, secouriste sans matériel, vous n'avez pas les moyens de réaliser une aspiration mécanique en cas de vomissement avec une victime sur le dos. ( à l'arriver des secours tout change...)

Si traumatisme ou suspicion:
- la bascule prudente de la tête et la PLS sont contre indiqué car risque de majoration du traumatisme cervicale.
- Il sera donc préférable de réaliser une subluxation de la mâchoire afin de rechercher la présence de ventilation, si absente on bascule sur une prise en charge de l'arrêt cardiaque, si ventilation présente maintenir la subluxation et maintient tête en même temps. Et si il vomit... Soit il inhale, soit vous risqué de compliquer un potentiel traumatisme cervicale. Comme on traite ce qui tue en premier, je tourne la vicitme prudemment sur le côté avec l'aide de la fille.

Pour le sujet en générale, je trouve compliqué de présenter en 10min la prise en charge complète, avant les secours, pré hospitalier et hospitalier. Je me focaliserai sur mon rôle propre avant l'arriver des secours puis sur la prise en charge SMUR et le devenir de la victime.
- Protégé alerter secourir
- Bilan circonstanciel
- Bilan Aiway Breathing Circulation Deficit neurologique ou conscience ventilation circulation au choix.
- Prise en charge de l'ACR, avec citation des probables causes 4H/4T.
- Prise en charge de l'inconscience (il me semble que le 4h/4T aborde pas mal de cause pour l'inconscience aussi)
Takagy
 
Messages: 4
Inscription: 24 Avr 2018, 11:18
Année de diplôme IADE: 0

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Fox » 24 Avr 2018, 16:08

Super merci Takagy pour les précisions sur les attitudes à avoir face à un potentiel Traumatisme crânien.

Effectivement j'ai eu du mal à situer la profondeur de réponse attendue dans la question 3 ça paraît compliqué de tout traiter et on veut pas non plus passer à côté de quelque chose d'important... C'est pour ça que c'est vraiment confus de ce côté là je ne savais pas vraiment où je devais aller dans ma réponse...

Merci encore à tous pour votre participation.
Fox
 
Messages: 9
Inscription: 23 Avr 2018, 19:03
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: Bloc op

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude Yves Benisty » 24 Avr 2018, 19:29

Bonjour,

L'essentiel a déjà été écrit. Je renonce à faire une lecture de tout et je vous donne quelques idées en vrac.

Globalement, j'aime bien la façon structurée de présenter. Attention à ne pas oublier des choses importantes et attention à ne pas vous lancer dans des explications complexes (et donc nécessairement foireuses, je n'aurais pas fait mieux, et donc qui risquent d'entraîner des questions compliquées).
Fox a écrit:1/ A quoi pensez vous ?

Au regard de l'inconscience du patient et du type de médicaments retrouvés à son domicile la première chose qui me vient à l'esprit est :
Une perte de Conscience due à une intoxication médicamenteuse

Ça a été dit, c'est la première idée qui nous vient à l'esprit. Il ne faut pas oublier qu'il peut s'agir d'autre chose.
Fox a écrit:Les conséquences possibles sont également un arrêt cardio-respiratoire, en effet un surdosage en anxiolytiques et somnifères peut provoquer une perte de la fonction de commande respiratoire centrale.

Les médicaments et les quantités n'étant pas précisés, il faut rester simple :

-perturbation de la ventilation, par atteinte de la commande, mais aussi et surtout par l'inconscience, qui entraîne la chute de la langue dans le fond de la bouche ;

-perturbation de la circulation, à cause des médicaments, mais aussi par perturbation de l'apport en oxygène lié à la perturbation de la ventilation ;

-perturbation de la conscience ;

-sans oublier d'évoquer l'interdépendance des trois fonctions vitales ici atteintes.
Fox a écrit:2) [u]Effectuer un bilan des trois fonctions vitales
Neurologique : questions simples : m'entendez vous ? pouvez vous me parler ?

Ah, j'aime bien « pouvez-vous me parler » ou tout simplement « parlez-moi, répondez-moi ». Ça change du classique « est-ce que vous m'entendez ? ». Ça a été dit, ne pas oublier de prendre les deux mains et de demander au patient de les serrer, demander de bouger les yeux.
Fox a écrit:Respiratoire : oreille sur la bouche en regardant la cage thoracique : surveillance de l’absence de mouvement/bruit/souffle pendant au moins 10 sec

Une main sur le front, deux doigts sous le menton, tirer le menton vers le haut (sans bascule de la tête si on pense à un traumatisme). Ça n'est pas « au moins dix secondes » mais « au plus dix secondes ». Il faut pouvoir répondre à la question « respire-t-il ? » par oui ou par non, et pas par « peut-être », mais pouvoir qualifier la ventilation. Fréquence (lente, rapide, dans un premier temps, et on affinera ensuite avec la fréquence respiratoire). Amplitude (ample, efficace, superficielle). Rythme (régulier, irrégulier). Présence ou absence d'obstacle (sifflement inspiratoire expiratoire aux deux temps, bruits hydro-aériques, des gargouillis quoi ;-).
Fox a écrit:Cardio-circulatoire : Prise de pouls carotiden : surveillance de l'absence pendant au moins 10 sec

Le sujet est controversé. En l'absence de ventilation, il est clairement montré que la prise de pouls peut conduire à des résultats faux (on en trouve un alors qu'il n'y en a pas, on n'en trouve pas alors qu'il y en a un, y compris pour des professionnels), et donc retarder l'appel et la mise en œuvre des manœuvres de réanimation.

À mon avis, il faut faire à partir de là deux branches :

-présence de ventilation, conduite à tenir devant un inconscient qui respire ;

-absence de ventilation, conduite à tenir en présence d'un arrêt cardiaque.
Fox a écrit:On demande également les Antécédents du patient à la fille, s'il existait des problèmes dans l'observance du traitement, ainsi que des tendances suicidaires (question à poser avec tact.)
Evaluations de possibles atteintes traumatiques si chute : contusions, fractures, pupilles : vérification si abscence anisocorie, axe tête-cou respecté ?

En cas d'arrêt cardiaque, ces questions interviennent après l'appel et le début du massage cardiaque.
En cas d'inconscient qui respire, ces questions interviennent après la mise sur le côté.

Mais il faut les poser. Mnémonique :

M pour maladies, médicaments
A pour allergies antécédents
T pour traitement
H pour noter l'heure, hôpital où est suivi le patient
S pour appeler le Samu.

Oui, il y a des doublons. Tant mieux, ça évite les oublis.

Petit truc de vieux routier :

-demander à la fille de faire toutes les poubelles de l'appartement à la recherche de boîtes de médicament vides ; rassembler tous les médicaments au même endroit ;

-lui demander de trouver l'ordonnance du patient, et si possible d'autres éléments de dossier médical.
Fox a écrit:On précise si le patient est en arrêt cardio respi ou non et si c'est le cas l'appel se fera pendant la Réanimation cardio pulmonaire en haut parleur ou avec le portable tenu par la fille, ou si la fille se sentait capable d'effectuer le massage cardiaque par nous même.

par nous même ?
Fox a écrit:(La j'ai un problème lié à un manque de connaissance : puis je mettre la patient en position latérale de sécurité alors que j'ai parlé d'un possible trauma crânien ?)

La réponse a été donnée : s'il reste sur le dos, la langue tombe dans le fond de la bouche, c'est mauvais pour son cerveau, et il risque de se noyer dans son vomi, ses régurgitations, ou tout simplement sa salive. On pare donc au risque le plus élevé en le tournant sur le côté, éventuellement avec l'aide de sa fille.
Fox a écrit:On continue néanmoins de surveiller les fonction vitales régulièrement : au minimum toutes les deux minutes.

En continu : si vous vous placez à la tête, vous voyez s'il est inconscient, s'il respire, et vous pouvez placer deux doigts sur son pouls.
Fox a écrit:Compressions cardiaques avec le plat de la main, bras toujours tendus avec une fréquence de 100/minutes et avec une profondeur de 4-5 cm.

Compressions thoraciques. Tout augmente, 5 à 6 cm, 100 à 120/minute.
Fox a écrit:Insufflations en bouche à bouche toutes les 30 compressions.

Contrairement à ce qui a été écrit et qu'on entend souvent, le bouche-à-bouche fait toujours partie de la réanimation de l'arrêt cardiaque. Mais :

-peut-on ressentir un dégoût ? oui ;
-peut-on attraper des maladies ; oui ;
-si on est seul à effectuer les manœuvres de réanimation, il est clairement démontré que si on fait le bouche-à-bouche et les compressions thoraciques, on fera mal les deux ; donc si vous êtes seul, vous ne faites que les compressions thoraciques ;
-vous n'êtes pas tenu de faire du bouche-à-bouche si vous n'en avez pas envie ;
-on peut proposer à la famille de faire le bouche-à-bouche (je dirais qu'on peut accepter que la famille le fasse) ;
-en milieu professionnel, on doit disposer du matériel pour faire les insufflations (et donc ne pas se poser la question du bouche-à-bouche).
Fox a écrit:S'il existe un Défibrillateur semi automatique dans l'immeuble envoyer la fille le chercher et le mettre en place pendant la R.C.P

Bonne idée ! Ça n'est pas nécessairement dans l'immeuble, mais à proximité.
Fox a écrit:Ils maintiendront la R.C.P avec des insufflations au Ballon auto remplisseur à valve unidirectionnelle avec de l'oxygène le temps de mettre en place le D.S.A qui analysera le rythme cardiaque et indiquera s'il faut effectuer un choc ou non.

L'ordre logique, c'est Appeler Masser Défibriller. En dehors des cas où on est certain que l'arrêt respiratoire a précédé l'arrêt cardiaque (enfant, noyé), la défibrillation prime sur la ventilation.

Utiliser les mots adaptés (attention aux abréviations). En l'absence de médecin qualifié pour reconnaître de façon certaine une fibrillation, on utilise un défibrillateur automatisé externe, qui peut être un défibrillateur semi-automatique ou un défibrillateur entièrement automatique.
Fox a écrit:Des voies périphériques seront posées, celles ci permettront la correction avec des médicaments de potentiels troubles cardiaques, de pression artérielle ou ventilatoire, d'hypoglycémie...

Attention à ce que vous allez raconter. Ne parler que des choses dont on est absolument sûr. Par exemple, les bicarbonates ont des indications controversées dans l'acidose. Les seules indications à peu près consensuelles sont l'hyperkaliémie suspectée ou documentée et l'intoxication aux antidépresseurs tricycliques.
Fox a écrit:Si nécessaire une intubation sera réalisée avec de ventiler efficacement le patient.

On peut ventiler efficacement sans intuber. Les deux avantages de l'intubation sont la protection des voies aériennes et la possibilité de faire des compressions thoraciques en continu (au lieu de les interrompre lors des insufflations).
Fox a écrit:matelas coquilles

matelas à dépression (qui ne sert pas à traiter les dépressifs).
Fox a écrit:Celui ci sera dans un premier temps pris en charge aux urgences en salle de "déchocage"

Le lieu de prise en charge dépend de l'organisation de l'hôpital. En Province, de nombreux hôpitaux admettent les patients graves dans une partie des urgences réservée à ce type de patient et nommé « déchocage ». À Paris, ce type de patient va en réanimation médicale (si problème médical) ou dans une zone d'une salle de surveillance post-interventionnelle réservée à cet effet (et souvent nommée « déchocage »).
Fox a écrit: et ensuite suivant l'étiologie

« étiologie » et « cause » sont deux mots qui ont un sens différent.
Fox a écrit:Si le patient était en état de choc : Des bilans sanguins et une gazométrie.
Ceux ci auront un but diagnostique : dosage des benzodiazépines.
La gazométrie et le dosage de la lactatémie auront un but d'évaluation de l'état de choc avec possible hypoxie tissulaire sur le métabolisme.

Euh, terrain glissant, phrases alambiquées et mal tournées...
Fox a écrit:Si une acidose métabolique c'est installée celle ci sera traité à l'aide de l'aide ventilatoire avec oxygène médical, injection de bicarbonates en soluté par la voie veineuse.

On glisse, on glisse...
Fox a écrit:Si la cause venait d'une intoxication aux benzodiazépines il est possible de le corriger avec son antidote le flumazemil.

On dérape... Le flumazénil n'est pas indiqué en cas de poly-intoxication certaine, et si une ventilation mécanique est inévitable (si le patient a inhalé).
Fox a écrit:SI la cause venait d'une intoxication aux antihypertenseurs il sera possible de la corriger à l'aide d'un remplissage à l'aide d'un soluté isotonique cristalloide et si cela ne remonte pas assez la pression arterielle le recours aux agents vasopresseurs tels que la noradrénaline ou l'atropine sera effectué.

Atropiné, le cœur fatigue.... De plus en plus glissant... L'utilisation du remplissage dépend des médicaments en cause. Mais surtout les avantages sont à mettre en balance avec les risques (si l'inotropisme est diminué, si on remplit le patient, il déborde) et le bénéfice escompté (en dehors d'une évaluation par échographie, on peut réaliser un test de lever de jambes).
idesspi a écrit:Le bouche à bouche n'est plus conseillé si tu n'as pas de protections à appliquer sur la bouche du patient, dans ce cas les compressions sont prioritaires au rythme de 30 par minutes.

30 compressions thoraciques par minute ? Faudrait voir à aller un peu plus vite si on veut que le patient stay alive ;-)
idesspi a écrit:Si pas de RCP nécessaire pense à parler de l'oxygénothérapie en fonction de l'état respiratoire du patient

Pour un patient inconscient qui respire, on peut d'emblée donner de l'O2 au MHC à 15 L/min et voir ensuite.
Continuer jusqu’à l'arrêt des secours ou la reprise d'une fonction cardio-respiratoire.
[...]
Et là pour le coup vérifier toutes les deux minutes une reprise d'activité ventilatoire et circulatoire.

En l'absence de défibrillation, pour un patient en arrêt cardiaque, la probabilité qu'il reprenne une activité circulatoire efficace est très faible. Si le patient me vous dit pas « arrêtez vous me faites mal », je continue de lui appuyer sur la poitrine.

En présence d'un défibrillateur et en cas de choc délivré, on peut se poser la question de la reprise d'activité circulatoire spontanée. Le bon moment pour le faire me semble être pendant l'analyse du défibrillateur : est-ce que le patient respire de façon certaine ? Dans le doute, masser un patient qui aurait un pouls n'est pas dramatique. Ne pas masser un patient qui n'a pas d'activité circulatoire efficace est dramatique. Attention à la perte de temps dans ce type de situation : si on propose de vérifier la reprise de l'activité circulatoire, il faut préciser que ça ne doit pas prendre plus de quelques secondes.

Ce n'est que mon point de vue...
Yves Benisty
 
Messages: 2126
Inscription: 27 Mar 2004, 16:39
Localisation: ici

Re: Oraux 2018 point d'entrainement pour les plus motivés

Message non lude BoingBoing » 25 Avr 2018, 06:55

Fox a écrit:C'est noté pour l'atropine je l'ai confondue avec l'éphédrine, celle ci peut elle alors avoir dans une situation comme celle ci une application ?

Ok pour le bicarbonate je pensais qu'il était mis en systématique en présence d'acidose métabolique (avoir jamais fait de réa c'est dur...)


L'éphedrine est une amine sympathicomimétique d'action indirecte : elle stimule la libération des stocks endogènes de catécholamines. Du coup elle a un effet d'épuisement (au bout d'un moment, le patient n'a plus de réserve de catécholamine). Elle est surtout indiquée dans le traitement d'hypotension transitoire (typiquement en post induction anesthésique...).
BoingBoing
 
Messages: 186
Inscription: 27 Juil 2016, 20:01
Année de diplôme IADE: 2018
Poste occupé actuellement: Je fais les pleins

PrécédenteSuivante

Retourner vers Préparation du concours d'entrée

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité