lettre de RESILIENCE à monsieur Libé ...

L'actualité de la profession et son évolution

Modérateur: Marc

lettre de RESILIENCE à monsieur Libé ...

Message non lude syndicat RESILIENCE » 02 Nov 2010, 09:12

R E S I L I E N C E - le syndicat infirmier contre l'ordre



Strasbourg, le 02 novembre 2010.



Monsieur Laurent Joffrin, directeur de la Publication,
Monsieur Eric Favereau, journaliste,



nous venons aujourd'hui, après coup, réagir à l'article publié dans le quotidien LIBERATION en date du 28 octobre 2010 dont le titre est: "le personnel anesthésiste fait bloc pour rester à part", article signé de monsieur Eric Favereau.

Au delà des réactions bien légitimes de nos collègues IADE qui se sont étonnés, à juste titre, des énormités/inexactitudes contenues dans le papier de monsieur Favereau, notamment sur les salaires supposés mirobolants et autres heures supplémentaires effectuées dans le privé ...

Au delà du caractère diffamatoire - pour notre profession dans son ensemble - de cet article qui, à plusieurs reprises, cite les "simples infirmières" alors que manifestement le mot simple est de trop. Pour mémoire, une infirmière est diplômée d'Etat, et ce, quelque soit ses modes et lieux d'exercices ou encore son niveau de qualification.

Monsieur Favereau aurait - il apprécié d'être nommé "simple journaliste" ou encore "journaliste simple" en rédigeant de tels articles un peu trop simplistes ou encore simplifiés, ou tout simplement, monsieur Favereau aurait-il rencontré des problèmes à titre personnel avec une infirmière et règlerait-il ses comptes personnels sur la place publique ?

En effet, les licences et autres masters infirmiers auxquels fait allusion monsieur Favereau dans son écrit simplifié nous sont imposés par le ministère de la Santé et le ministère de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur, conséquence du processus LMD dit de Bologne, processus visant à harmoniser/uniformiser les cursus universitaires au niveau européen. Procédé ministériel inique qui (accolé à cette "revalorisation infirmière" partout prônée par madame Bachelot Narquin) nous oblige à travailler 5 années de plus pour "décrocher la lune" alors que le "bac + 3" est une revendication infirmière légitime depuis des décennies ...

Aujourd'hui ce sont les plus de 500 000 infirmières qui exercent en France, demain l'ensemble des autres paramédicaux seront visés par ces dispositions européennes.

La profession infirmière n'a jamais été aussi malmenée qu'elle ne l'est actuellement et il est rare de lire dans votre quotidien des articles relatant ces faits et autres situations :

Nous sommes, par exemple, plus de 450 000 infirmières de tous niveaux à exercer illégalement sur le territoire français depuis la Loi du 21 décembre 2006 instaurant un ordre infirmier. Plus de 90% de la profession refuse en effet de se soumettre à une instance ordinale qui depuis son entrée en fonction a réussi l'impossible: réunifier les infirmières, contre l'oni !

La pénurie infirmière (quoique puisse raconter - ici ou là - la presse généraliste) fait rage depuis des années et nous travaillons constamment à flux tendus avec ces conséquences désastreuses que sont les impossiblités de bénéficier de formations professionnelles, les demandes de congés refusées/reportées, le fonctionnement en sous effectifs constants (sauf les jours de grèves où nous sommes "sur"réquisitionnés à effectif normal) et la prise en charge des patients qui en souffrent directement, l'encadrement/formation des étudiants (infirmiers, aide soignants, futurs médecins ...) qui nous incombe et que nous n'avons tout simplement pas le temps de réaliser correctement voire pas du tout, les coupes sombres dans les budgets dont la première conséquence est le manque de matériels/fournitures de base. Ajoutons une nouveauté qui commence aussi à s'imposer depuis quelques temps: le remplacement de personnels qualifiés par des recrutements non qualifiés voire étrangers avec les différences/difficultés culturelles et professionnelles que celà induit inévitablement dans la cohabitation obligée et le soin apporté au patient qui - comme nous - n'y comprend plus rien ...

Bref, rien ne va plus dans le monde de la Santé, même monsieur Favereau qui nous avait pourtant habitué à un autre niveau rédactionnel plus rigoureux semble bien fatigué. Nous ne doutons pas un seul instant que nombre de nos collègues sauront lui prodiguer tous les soins appropriés lors de sa prochaine consultation ou hospitalisation que bien sûr nous ne lui souhaitons pas.



En attendant, nous vous demandons de bien vouloir publier, soit l'article corrigé de monsieur Favereau soit de publier cette lettre dans son intégralité sous la forme d'un droit de réponse.

Bien cordialement,

Hugues Dechilly,
secrétaire général.


plus d'infos sur http://www.syndico.exprimetoi.net le site @ de RESILIENCE
Dernière édition par syndicat RESILIENCE le 02 Nov 2010, 18:35, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
syndicat RESILIENCE
 
Messages: 333
Inscription: 14 Oct 2010, 21:01
Localisation: strasbourg
Année de diplôme IADE: 0
Poste occupé actuellement: Infirmier
Autre info: Hugues Dechilly, Sec. Général

Re: lettre de RESILIENCE à monsieur Libé ...

Message non lude Hermes » 02 Nov 2010, 15:31

Mais c est qu il est bien ce syndicat!!pense t il ce qu il dit et fait il ce qu il dit?Si et seulement si c est le cas j adhere.
Hermes
 
Messages: 95
Inscription: 08 Oct 2010, 20:46
Localisation: face a la brise de mer


Retourner vers Vie professionnelle

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 12 invités